L'AIL, SES NOMBREUX BIENFAITS ET SES PRECAUTIONS D'USAGE

Copyright © Nelly Coadic

 

Créé le 9 juin ‎2015

Dernire modification le 15 mai 2019

Les textes et images de ce site sont protégés par le droit d’auteur. Toute reproduction ou exploitation de ces contenus est strictement interdite sans accord écrit préalable

Riche en fibres et en minéraux comme le potassium, le phosphore, le calcium, le zinc, le fer, le magnésium, le manganèse, le sélénium (un antioxydant qui favorise la détoxification du foie et prévient le vieillissement prématuré) et le sodium, et des vitamines A, la thiamine (B1), la riboflavine (B2), la niacine B3), l’ail est rempli de bienfaits documentés et prouvés. Il aide aussi l’organisme à métaboliser le fer.

La liste des vertus qu’on lui prête est longue et certaines ont été prouvées.

 

Lorsque l'ail est écrasé ou haché, plus de 100 composés soufrés, dont l'allicine, sont créés. Il faut 5 a 10 minutes pour obtenir une certaine teneur en allicine, mais elle commence a se dissiper au bout de 20mn, lorsqu’exposée a l’air, et après 60 minutes il n’en reste quasiment plus. Elle est aussi sensible a chaleur et est détruite après seulement 60 secondes au micro-ondes ou 45 minutes au four, détruisant ainsi son effet anticancer (1). De plus, le pH peut affecter la conversion de l'alliine en allicine. Il est important de ne rien ajouter d'acide, comme du vinaigre ou du jus de citron ou autres agrumes avant sa formation.

 

 

 

 

 

ANTIVIRAL, ANTIBACTÉRIEN ET ANTIFONGIQUE

 

Connu pour son habilité a prévenir les infections, l’ail a beaucoup été utilisé pour traiter les brûlures et prévenir la gangrène pendant WWI et WWII. Une étude de2010 a même révélé qu'il était capable de tuer des bactéries devenues résistantes aux antibiotiques (2).  Il est aussi efficace contre les levures et les moisissures, et est d’ailleurs utilisé pour controler la prolifération de Candida.

 

 

ANTI-INFLAMMATOIRE

 

 

Les effets anti-inflammatoires de l'ail marchent sur l'inflammation musculaire, articulaire et respiratoire, mais aussi sur les allergies respiratoires. Il contribue a réduire l’inflammation et la douleurs associées à la réponse inflammatoire (3).

 

 

 

ANTIPARASITAIRE, ANTIHELMENTIQUE ET ANTI-PROTOZOAIRE

 

Les avis divergent quant à l’efficacité de l’ail contre les parasites. Personnellement, je l’utilise depuis plusieurs années pour mes chiens, et ils n’ont jamais ni puces ni vers. Cela dit, si votre chien a une infestation de puces, l’ail seul ne suffira peut-être pas, il a plus une action répulsive que curative, mais si vous n’en trouvez que quelques-unes dans le pelage de votre toutou bien-aimé, une cure de quelques jours devrait régler le problème. Sur les 3 chiens de sauvetage que nous avons, tous avaient des puces lorsqu'on les a recueillis, et tous en étaient débarrassés au bout d'une semaine, y compris le tout premier pour lequel 3 marques de pipettes différentes s’étaient montrées insuffisantes.

 

Certaines personnes jurent qu’il est tout aussi efficace contre les tiques, mais malgré des chiens en bonne santé, dans ma partie du monde les tiques sont un fléau même en hiver, et l’ail semble n’avoir aucun effet sur elles.

 

 

L’efficacité de l’ail contre les vers ronds (nématodes), et même la giardase, a été démontrée au même niveau que celle d’Ivermectine, lors d’une étude réalisée en 2008 sur des souris (3). Les résultats de cette étude indiquent une efficacité de l'ail frais écrasé de 91,24%, contre seulement 78,03% pour l'Ivermectine.

 

 

STIMULANT DU SYSTEME IMMUNITAIRE ET ANTICARCINOGÉNIQUE

 

En activant la circulation sanguine, grâce à ses effets anticoagulants, l’ail frais augmente l’activité des lymphocytes nuls aussi appelé cellules tueuses, détruisant les bactéries et même certaines cellules cancéreuses, d’après une étude des chercheurs de l'Institut Weizmann près de Tel-Aviv. (4)

 

 

La consommation quotidienne d'ail réduit le risque de tous les types de cancer, sauf la prostate et le sein. Avoir de l'ail seulement quelques fois par semaine s'est avéré réduire le cancer du côlon, du poumon, du pancréas et du rein.

 

 

 

 

D’OU VIENT LA MAUVAISE RÉPUTATION DE L’AIL ?

 

La mauvaise réputation de l’ail est basée sur une mauvaise compréhension de certaines informations prises hors de leur contexte, ainsi que sur un article publié sur US National Library of Medicine National Institutes of Health (5)

Tout d’abord, l’ail comme son cousin l’oignon, contient du thiosulfate, une substance pouvant provoquer un type d’anémie connu sous le nom de « Heinz Factor » chez les chiens et les chats. Il faut cependant prendre en compte que l’ail contient beaucoup moins de thiosulfate que l’oignon, mais il est impossible de trouver exactement combien. Certains parlent de quantité infime, alors que d’autres mentionnent que l’ail contient 5 à 10 fois moins de thiosulfate que l’oignon, pour la simple raison que d’une tête d’ail à une autre et d’un oignon à l’autre, ce montant varie. Quoiqu’il en soit, il est considérablement moins élevé dans l’ail.

 

Enfin, l’article mentionné plus haut, concerne ce que je préfère qualifier d’expérience, plûtot qu’étude. Une étude comprend en général au moins 2 larges groupes de sujets/animaux, elle est réalisée par au moins un laboratoire indépendant, et fait l’objet d’un contrôle rigoureux. L’expérience dont nous parlons a été menée dans par des étudiants (pas un laboratoire indépendant) dans une université au Japon, qui ne comprenait que 8 chiens. Dans cette expérience, 4 chiens sur 8 ont reçu 1,25ml d’extrait d’ail par 1kg de masse corporelle, par voie intra-gastrique, 1 fois par jour pendant 7 jours, soit l’équivalent de 5g d’ail par kg de poids corporel. Cela veut dire qu’un chien de 40kg aurait reçu 200g d’ail (environ 4 têtes ou 40 a 60 gousses) par jour ! On peut aussi mourir si l’on boit trop d’eau, c’est comme pour tout, il faut faire preuve d’un peu de bon sens. Les conclusions indiquent que « Les constituants de l'ail sont susceptibles d'oxyder des membranes d'érythrocytes et de l'hémoglobine, ce qui induit une hémolyse associée à l'apparition d’eccentrocytes chez les chiens. Ainsi, les aliments contenant de l'ail ne doivent pas être donnés aux chiens. L’eccentrocytose semble être une caractéristique majeure de diagnostic hémolytique induit par l’ail chez les chiens». En clair, ça veut dire que l’ail peut provoquer de l’anémie chez les chiens. Si on se contente de lire les conclusions de cette étude, il y a en effet de quoi s’inquiéter. Mais lorsqu’on en lit les détails, de mon point de vue c’est vraiment prendre les gens pour des truffes (sans mauvais jeu de mots). Comme je dis souvent, toute information prise hors de son contexte peut revêtir une toute autre signification.

 

 

AIL FRAIS, EN POUDRE OU AUTRE ?

 

L’ail Frais : L’ail est plus efficace lorsqu’utilisé frais. En effet, le composé organosulfuré allicine, qui se développe lorsque l’enzyme alliine et l’alliinase entrent en contact en écrasant l’ail, est assez instable et se dissipe après environ 1 heure ou lorsqu’exposé à la chaleur ou à l’humidité. Pour une efficacité optimale, laisser l'ail écrasé a l'air libre 10mn, avant de donner à votre animal ou de mixer avec quelque chose d'autre. On peut aussi le congeler après les 10-15mn d'aération.

 

L’ail en Poudre : Certaines formes d’ail en poudre peuvent aussi avoir l’effet voulu sur les puces notamment, mais tout dépend du processus de fabrication, ce qui est rarement indiqué sur les étiquettes. De plus, l’ail en poudre contient souvent des additifs comme des conservateurs, des arômes artificiels, et beaucoup de sodium. Il y a aussi le problème de la provenance.

 

L’huile essentielle : l’huile essentielle d’ail possède presque les mêmes vertus que l’ail frais écrasé, sauf qu’elle ne contient pas le composant qui agit sur les puces. De plus, il n’existe pas d’études ou d’informations fiables quant à son utilisation chez les animaux, je vous recommande donc de l’éviter pour le moment.

 

L’ail noir : On dit que l’ail noir est plus riche en nutriments que l’ail frais à égalité de poids, ce qui est logique puisque l’ail noir contient moitié moins d’eau que l’ail frais. Mais si vous comparez une gousse d’ail frais à cette même gousse une fois transformée en ail noir, les valeurs seront quasiment identiques, sauf que la gousse d’ail frais contient 12 fois plus de calcium que la gousse d’ail noir. De plus comme il doit être exposé a une certaine température et que les gousses sont intactes, l’ail noir contient peu ou pas d’allicine,  le composant qui nous intéresse le plus.

 

 

L’ail lactofermenté : il est tellement plus intéressant qu’il mériterait un paragraphe a lui tout seul!

Non seulement sous forme de purée d’ail lactofermentée, il conserve son contenu en allicine mais la fermentation augmente ses propriétés antioxydantes (6) (7) et ses autres vertus, et c’est aussi une source supplémentaire de probiotiques. Voir la recette ICI

 

 

TOUS LES AULX NE SONT PAS EGAUX

 

Qu’il s’agisse d’ail frais ou en poudre, soyez particulièrement vigilants quant à sa provenance. En effet, la Chine produit environ 75% de la consommation mondiale, ce qui veut dire que la majorité de celui que vous trouvez en supermarché vient de là-bas. Où est le problème direz-vous ? Il semblerait que l’ail chinois contienne des résidus de métaux lourds (plomb), de l’arsenic, du chlore et des pesticides (Dithoiocarbamates, Carbendazim, Dithoiocarbamates). Je parle au conditionnel car les preuves sont difficiles à trouver. Des tests conduits par la FDA en 2009 n’ont été publiés que l’an dernier (2019) et tous les résultats concernant l’ail venant de Chine, ainsi que celui des US, n’ont pas été révélés (on se demande bien ce que cela cache). Mais certains échantillons venant de Turquie et quelques autres pays ont aussi démontré des taux de résidus chimique inquiétants. Un bon conseil : achetez local!  Pour déterminer si votre ail vient de loin, c’est très simple

 

Une jolie tête d’ail parfaitement blanche et calibrée et dont la racine a été coupée nette est la promesse d’une provenance lointaine, qui a certainement été chimiquement blanchie, avec le fort potentiel de contenir des résidus de pesticides, herbicides, engrais, etc. Cette apparence est l’évidence d’une production de masse. La coupe des racines contribue à réduire le poids de la marchandise, et lorsque vous en expédiez des milliers de tonnes, ça représente une sacrée économie sur les frais d’expédition. Pour nous consommateur, cela veut dire que la tête d’ail vient de très loin, préférez donc des produits locaux de forme irrégulière et pas uniformément blancs.

 

Il existe de l’ail d’automne, et de l’ail de printemps. Essayez donc d’acheter un produit de saison, et de ne pas l’acheter trop longtemps à l’avance, car même si ça se garde bien, plus il est vieux, plus son contenu en composants organo-sulfurés sera faible. Choisissez un ail avec une tête bien ferme, évitez les têtes sèches et un peu racornies, ou qui ont des taches de moisissure ou molles. Les pousses vertes (germes) dans un bulbe sont un signe de croissance des gousses et une indication d’un ail plus très frais. Conservez votre ail dans un endroit frais et sec (mais pas au réfrigérateur), comme un récipient en céramique ventilé. Ne jamais conserver de l’ail dans un sac en plastique.

 

L’allicine est le composant qui donne à l’ail son gout et son odeur forte, si cela peut vous aider à déterminer sa teneur, mais il semblerait que l’ail rose en contienne davantage, et il se conserve aussi plus longtemps.

 

 

 

DOSAGE ET FREQUENCE

 

Il n’y a pas de réponse précise ou qui s’accorde à ce sujet. Personnellement je donne beaucoup moins et moins souvent (voire pas du tout) en hiver, puisque les parasites externes sont moins actifs ou inexistants pendant la saison froide. La dose « recommandée » qu'on trouve un peu partout sur le net, ou dans les livres de vétérinaires naturopathes, est ce que je considere une dose agressive, dans le sens on ou obtient en général d'excellents résultats avec une dose bien moindre, en tous cas c'est mon expérience personnelle. Je pense aussi que tous les aulx ne sont pas égaux, celui que j'utilise est local et sa qualité n'a pas été altérée par un long transport. Je l'utilise comme antipuces pour mes chiens depuis 2010, avec succes, et comme ils n'ont jamais eu de vers ronds pendant tout ce temps, je confirme son action préventive sur les nématodes. 

 

Lorsque l'on parle de gousse, on sous entend une de taille normale, c'est a dire environ 3g.  

 

La fréquence dépend du but recherché, de la qualité de votre ail, du degré d'expositions aux parasites, mais aussi du chien, certains attirant davantage les parasites que d'autres.

 

 

1- Puces Prévention - Chiens :

  • Jusqu'à 1/4 de gousse d'ail frais écrasé par tranche de 5kg de poids corporel/jour, tous les 2 jours, ou 4 jours de suite, puis une pause de 3 jours, soit jusqu'à 1 gousse/tranche pour 20kg (1 gousse = 1CaC d’ail écrasé ou 3g).

 Au bout de quelques temps vous pouvez essayer de réduire la fréquence a une fois par semaine. Sur ce sujet il faut savoir que contrairement a nous, les chiens ne transpirent pas, leur peau ne prendra donc pas une forte odeur d'ail. Par contre, il ressortira petit a petit dans leur sébum, de maniere peu ou pas perceptible pour nous mais qui le sera pour les parasites. D'apres le docteur Deva Khalsa, cela peut prendre plusieurs semaines avant que le composant actif organo-sulfuré s'accumule suffisamment dans les glandes sébacées de votre chien pour etre suffisamment actif et je pense qu'elle prend beaucoup de précautions dans ses déclarations. Les rares fois ou nos chiens ont attrappé quelques puces lors d'un contact avec un autre chien ou chat infesté, c'était apres des semaines ou des mois sans leur en donner du tout. Elles ont disparu apres seulement quelques prises d'ail a la dose de prévention. Je commence toujours par la plus petite dose et je n'augmente que si nécessaire apres 2 ou 3 jours. 

 

2- Puces Infestation - Chiens :

Chiens de 9 à 18kg = ½ gousse (=1/2 CaC)

                 20 à 32kg = 1 gousse (=1 Cac)

                 34 à 41kg = 2 gousses (= 2 Cac)

                 45kg et + = 3 gousses (=3 Cac)

 

La encore ces doses sont tres modestes mais suffisantes de mon point de vue. Le Dr Patricia Jordan, DVM, suggere jusqu'a 1 CaS (environ 3 gousses) maximum par tranche de 15kg de poids corporel.

 

Peut-on donner de l'ail aux chats? C'est une question a laquelle je n'ai pas encore trouvé de vraie réponse. Nous manquons cruellement d'informations et de recul en ce qui concerne les chats, mais nous savons qu'ils sont plus sensibles a l'ail que les chiens, car leurs hemoglobines sont differentes. En revanche, les légendes urbaines circulent bon train, ce qui rend la recherche sur ce sujet difficile. Je vous dirai donc ce que j'ai trouvé dans les livres ou sur les sites que je considere fiables et dont je me sers de référence. Il y a des choses que je me permets de faire avec mes propres animaux, parce que je peux détecter la moindre anomalie que meme mon vétérinaire ne releverait pas, mais que je ne peux pas me permettre de conseiller a d'autres. 

 

  • Les Dr Pitcairn et Martin Goldstein suggerent jusqu'a 1/4 de gousse/jour pour un chat adulte (8)
  • Le Dr Karen Becker suggere 1/16 de cuiller a café/jour

Si l'on se base sur la seule étude (qui n'en est pas vraiment une) pour déterminer le seuil de toxicité de l'ail, il est grosso-modo de 50g par jour par tranche de 10kg de poids corporel pour un chien, et ce tous les jours sur plusieurs semaines, et de 15g par jour par 3kg de poids corporel pour un chat adulte, mais sur une bien plus courte durée que pour le chien.  

 

 

PRECAUTIONS D’EMPLOI ET CONTRE INDICATIONS

  • Ne pas donner aux chiens ayant des problèmes d’anémie
  • Ne pas donner aux chiots de moins de 10 semaines (car ils ne commencent à former leur globules rouges qu’à partir de l’âge de 6 à 8 semaines)
  • Ne pas donner aux chiens qui sont atteints de lupus ou autre maladies auto-immunes, l’ail stimulant le système immunitaire, et que celui-ci est déjà hyperactif chez ces animaux.
  • Discontinuer 2 semaines avant toute intervention chirurgicale, l'ail étant un anti-coagulant
  • Discontinuer au moins 2 semaines avant la mise bas.
  •  Ne pas donner aux femelles allaitantes, l’ail peut donner un goût au lait et ainsi décourager les chiots de téter, et/ou leur donner la diarrhée
  • Certaines races nordiques sont plus sensibles que les autres chiens et l'ail peut affecter leur hémoglobiines.

 

VIDEO DU DR DEVA KHASLA SUR L'AIL

 

Sources :

(1)    https://academic.oup.com/jn/article/131/3/1054S/4687116

(2)    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3609356/

(3)     https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4417560/

(4)    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18673129

(5)    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11108195

(6)    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6593477/

(7)    Increased Anti-oxidative Potency of Garlic by Spontaneous Short-term Fermentation (Plant Foods for Human Nutrition 61: 157–160, 2006. c 2006 Springer Science+Business Media, Inc)

(8) The Complete Guide to Natural Health for Dogs and Cats - Dr. Pitcairn

 

(9) http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1995764515002011

 

 

 

 

AUTRES ARTICLES D'INTERET