CE QUE VOTRE VETERINAIRE NE SAIT PAS SUR LA MALADIE DE CARRÉ POURRAIT NUIRE A VOTRE CHIEN

 

TRADUCTION DE L'ARTICLE CI-DESSOUS "WHAT YOUR VET DOESN'T KNOW ABOUT DISTEMPER COULD HURT YOUR DOG"

 

http://www.dogsnaturallymagazine.com/vet-distemper-dog/

 

 

Tout vaccin administré à un chien, à n’importe quel moment de sa vie, a la capacité de causer des dommages. Il est donc incroyablement important de limiter les vaccins aux seuls qui vont protéger votre animal de compagnie. Après tout, le but de la vaccination est de le protéger contre la maladie, n’est-ce pas?


Si l'amélioration de la santé est l’objectif véritable du programme de vaccination de votre chien, votre vétérinaire doit comprendre que tout vaccin inutile doit être évité. Cela n’arrive pourtant presque jamais.

 

Les raisons pour lesquelles les vétérinaires pratiquent la survaccination sont variées: certains ne sont tout simplement pas au courant qu'ils vaccinent trop souvent. D’autres vétérinaires ne croient pas que les vaccins ont la capacité de nuire à votre chien. D'autres s’en tiennent juste à des protocoles obsolètes par confort ou habitude. Il importe peu de savoir pourquoi les chiens sont sur vaccinés, ce qui importe vraiment c’est de cesser cette pratique.

 

Si vous ne pensez pas que votre chien soit vacciné trop souvent, les informations sur le vaccin contre la maladie de Carré qui suivent peuvent vous offrir un aperçu de combien nos chiens sont exposés à des vaccins inutiles.


 

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA MALADIE DE CARRE

 Dans une étude de l'Université de Wisconsin-Madison, le Dr Ronald Schultz, expert renommé en maladies vétérinaires infectieuses, a vacciné des chiots avec une seule dose de vaccin de la maladie de Carré, juste quatre heures avant de les placer dans une pièce avec des chiens infectés par la maladie. Tous les chiots (qui avaient 12 semaines lorsqu’ils ont été vaccinés), ont été protégés contre la maladie dans cette étude.


En fait, le vaccin contre la maladie de Carré fonctionne si bien, qu'il peut même être injecté à des chiots en bonne santé jusqu'à trois jours après l'exposition, et toujours offrir une protection. Le Dr Schultz offre son expertise sur le sujet dans la vidéo qui suit, intitulée : New Canine and Feline Vaccination Guidelines: What Has Changed and Why (Les Nouvelles Directives de Vaccination Féline et Canine : Ce Qui A Changé et Pourquoi).

 

QU'EN EST-IL DES RAPPELS?

De nombreux propriétaires d'animaux (et certains vétérinaires) croient qu'il faut plus d'un vaccin pour protéger un chiot. Ce n’est pas vrai dans la plupart des cas. Il suffit d'un seul vaccin pour conférer une immunité, s’il est fait au bon moment. Bien que 2 et même 2 doses de vaccin fassent partie des recommandations initiales présentées dans le guide AAHA 2003 Canine Vaccins, la recherche du Dr Schultz démontre que la série de vaccination est superflue. Les chiots vaccinés contre la maladie de Carré à l’âge de 12 à 16 semaines avec un vaccin à titre élevé ont une chance d'être protégé pratiquement 100%. Et que la protection est la plus probable pour la vie.

 

En 2003, L'American Animal Hospital Association Canine Vaccine Taskforce a mis en garde les vétérinaires dans la publication JAAHA (39 March/April 2003) en disant que «le malentendu, la désinformation et la nature conservatrice de notre profession ont largement ralenti l'adoption de protocoles prônant une réduction de la fréquence de la vaccination ... La mémoire immunologique fournit des durées d'immunité, pour les maladies infectieuses de base, qui dépassent de loin les recommandations traditionnelles pour une vaccination annuelle ".

 

"Ceci est soutenu par un nombre croissant d'informations vétérinaires ainsi que de développement d’une vigilance épidémiologique en médecine humaine qui indiquent l'immunité induite par la vaccination est extrêmement durable et, dans la plupart des cas, est à vie."

 

"La recommandation d’une revaccination annuelle est une pratique qui a été officiellement lancée en 1978." explique le Dr Schultz. "Cette recommandation a été faite sans aucune validation scientifique de la nécessité d’un rappel si fréquent. En fait, la présence de bons niveaux d'anticorps humoraux bloque la réponse anamnestique aux vaccins tout comme les anticorps maternels bloquent la réponse chez certains jeunes animaux. "

 

Ci-dessous, le résultat de la durée des tests d'immunité sur plus de 1000 chiens. Les 2 challenges (l'exposition au virus réel) et la sérologie (résultats de titrage d'anticorps) sont présentés ici :

 

Tableau 1: Durée minimale de l'immunité pour les vaccins canins

Vaccin

Durée minimale de l'immunité

Méthodes utilisées pour déterminer l'immunité

VACCINS DE BASE

Maladie de Carré (CDV)



Rockbom Strain

7 ans / 15 ans

challenge / sérologie

Onderstepoort Strain

5 ans / 9 ans

challenge / sérologie

Adénovirus canin-2 (CAV-2)

7 ans / 9 ans

défi-CAV-1 / sérologie

Parvovirus canin-2 (CAV-2)

7 ans

challenge / sérologie

 

 

Il est important de noter que c’est la durée minimale de l'immunité. Ces plafonds reflètent la durée de l'immunité, et non la durée des études. Dr Schultz explique "Il est important de comprendre que ce sont des DOI et minimales, de plus longues études n’ont pas été réalisées avec certains des produits ci-dessus.Il est possible que tout ou partie de ces produits fournisse une immunité à vie ".

 

Dr Schultz a vu ces résultats répétés au fil des ans. En 2010, il a publié ce qui suit avec une nouvelle génération de vaccins recombinants. Il est important de noter que les vaccins non seulement offrent une protection pour un minimum de 4 à 5 ans, mais ils l'ont fait dans 100% des chiens testés.




 

 

Alors pourquoi vacciner les chiens tous les ans ou tous les trois ans?


C’est une bonne question et voici une réponse:


"Les revenus générés sont ce que les critiques pensent être à l'origine de cette résistance de la profession contre la mise à jour des protocoles. Sans l'attrait de vaccins, les clients pourraient être moins enclins à faire des visites vétérinaires annuelles. Les vaccins contribuent jusqu'à 14% des revenus d’un cabinet vétérinaire moyen, rapporte l’AAHA et ces vétérinaires risquent de perdre gros. Je soupçonne que certains font fi de mon travail », dit Schultz. "Lier la vaccination aux visites annuelles est devenu assez conséquent dans les années 1980, et une façon courante de pratiquer dans les années 1990. Maintenant les vétérinaires ne veulent plus y renoncer ".

 

QUELS SONT LES DANGERS DE LA SURVACCINATION?

Il est important que les vaccins soient donnés seulement lorsque c’est nécessaire, parce que chaque vaccin a le potentiel de tuer le patient ou de créer des maladies débilitantes chroniques, dont le cancer et les allergies. Voici une liste des réactions possible défavorables des vaccins:


Réactions courantes:

  • Léthargie
  • Perte de poils, changement de couleur des poils au site d'injection
  • Fièvre
  • Douleur
  • Raideur
  • Refus de manger
  • Conjonctivite
  • Éternuements
  • Ulcères buccaux

Réactions modérées:

  • Immunosuppression
  • Changements de comportement
  • Vitiligo
  • La perte de poids (cachexie)

  • La perte de poids (cachexie)
  • Production de lait réduite

  • Boiterie

  • Granulomes / abcès
  • Urticaire

  • Œdème Facial

  • Atopie

  • Maladies respiratoires

  • Uvéite allergique (Blue Eye)

Réactions graves provoquées par les vaccins:

  •  Sarcomes au site de l’injection des vaccins
  • Anaphylaxie

  • Arthrite, la polyarthrite

  • HOD hypertrophie ostéodystrophie

  • Anémie hémolytique auto-immune

  • Thrombocytopénie à médiation immunitaire (IMTP)

  • Maladie hémolytique du nouveau-né (Isoerythrolyse néonatale)

  • Thyroïdite

  • Glomérulonéphrite

  • La maladie ou une forme améliorée de la maladie que le vaccin a été conçu pour empêcher

  • Myocardite

  • Encéphalite ou polynévrite post vaccinale

  • Crises (épilepsie)

  • Avortement, anomalies congénitales, mortalité embryonnaire / fœtale, incapacité à concevoir


COMBIEN EST TROP?

 Il est bien établi que les vaccins peuvent être dangereux et devraient donc être limités à aussi peu que possible pour protéger nos animaux de compagnie. "Le patient ne reçoit aucun avantage et peut être mis en danger sérieux quand un vaccin inutile est donné", explique le Dr Schultz. Il ajoute: «Peu ou pas d'études scientifiques ont démontré la nécessité pour les chats ou les chiens à être vaccinés."


Donc, si l'objectif de la vaccination est de protéger les animaux contre les préjudices, quel sens ont donc les calendriers de vaccination suivants pour la maladie de Carré, quand un seul est nécessaire pour protéger un chiot, le plus probable pour la vie?

 

 

 

La vaccination annuelle

Tout chien  est vacciné trois fois lorsqu’il est chiot, et de nouveau à un an, puis sera vacciné annuellement contre la maladie de Carré, soit 15 fois s’il vit jusqu’à 12 ans. A présent lisez la recherche du Dr Schultz ci-dessus. La plupart des chiots sont protégés contre la maladie de Carré dans les heures suivant la vaccination et la plupart des chiens, une fois vaccinés avec succès, sont protégés à vie.

Si votre chien est vacciné annuellement contre la maladie de Carré, il recevra 14 vaccinations inutiles dans sa vie – s’il est assez chanceux pour survivre à ces vaccinations pendant 12 ans.

Vaccination Triennale

Beaucoup de vétérinaires sont fiers de ne pas faire vacciner chaque année. La vaccination triennale, bien qu'elle soumette votre chien à moins de vaccinations, est tout aussi imparfaite dans sa logique que la vaccination annuelle. La plupart des vieux chiens de 12 ans qui sont vaccinés tous les trois ans seront vaccinés 8 fois pour la maladie de Carré. Bien que cela soit certainement mieux que 15, c’est encore 7 fois de trop!

A quoi devrait ressembler le planning de vaccination de votre chien contre la maladie de Carré?

Une ! Uno ! C'est tout. Certains chiens peuvent nécessiter un second vaccin de la maladie de Carré lorsqu’ils sont chiots et que les anticorps maternels bloquent le premier, mais si un chiot est vacciné après 12 à 16 semaines d'âge, il sera probablement protégé pour la vie, avec un seul vaccin contre la maladie de Carré.

 

QUOI DES AUTRES VACCINS?

Nous venons tout juste de nous concentrer ici sur la maladie de Carré. La plupart des chiens reçoivent également d'autres composants dans leurs vaccins, y compris parvovirus, coronavirus, adénovirus, para-influenza (CPIV), la maladie de Lyme (ou Borréliose de Lyme), leptospirose, Bordetella (toux du chenil), la rage, etc. De toute évidence, le nombre de vaccins inutiles nos chiens de compagnie subissent - et les dommages potentiels qu'ils représentent - sont hors de contrôle. Alors, que pouvez-vous faire?


REPRENEZ LE CONTROLE

Si les informations que nous avons présentées dans cet article vous font penser que vous devriez alléger le calendrier de vaccination de votre chien, alors faites-le. Ne vous attendez pas à ce que votre vétérinaire le fasse pour vous. Et n’allez pas chez les toiletteurs, les centres d’éducation ou les chenils qui nécessitent trop de vaccins. Il y a des vétérinaires et des entreprises éclairés dans ce monde et votre argent serait beaucoup mieux dépensé chez ces braves gens à la place de ceux qui vous demandent de soumettre à votre chien à un protocole de vaccination inutile et dangereux.


Dr Schultz résume ses 40 années de recherche par le texte suivant:

"Une seule dose de vaccin canine vivant modifié « de base » (contre CDV, CAV-2 et CPV-2) ou vaccin félin vivant modifié « de base » (contre FPV, FCV et FHV), lorsqu'elle est administrée à 16 semaines ou plus, fournira une longue durée (de nombreuses années à une vie entière) d’immunité dans un pourcentage très élevé d'animaux ".

 

Comme tout le monde qui est exposé à trop de médicaments, la première étape consiste à admettre que vous avez un problème. La deuxième étape est d'arrêter la dépendance du vaccin immédiatement. Cela peut signifier de dire non à votre vétérinaire ou, de préférence, ça signifie trouver un vétérinaire qui paie attention aux dommages que peuvent causer les vaccins et qui se sert des vaccins (ou ne s’en sert pas) pour faire ce qu'ils ont été prévus de faire : protéger votre chien!

_______________________________________________________________________________________________________________________

 

Le Dr. Dr. Ronald Schultz est professeur et président du Département des sciences patho-biologiques à l’University du Wisconsin-Madison School of Veterinary Medicine et investigateur principal, avec le Dr Jean DoddsDr Schultz est un expert de renommée internationalement dans le domaine de la vaccination canine (et féline) et participe régulièrement à des réunions et des forums internationaux dans ce domaine. Il était le représentant américain du World Small Animal Veterinary Association Vaccination Guidelines Group and Board Member et membre du conseil des groupes de travail en 2003 et 2006 de l’American Animal Hospital Association Canine vaccins Task Force et de l’AAFP féline vaccine.