L'IMMUNITE A VIE : POURQUOI LES VETERINAIRES TRAINENT

Traduction de l'article Lifelong Immunity : Why Are Vets Pushing Back



La durée de l'immunité du vaccin contre la rage, du vaccin contre la maladie de Carré, du vaccin contre le parvovirus canin, du vaccin contre la panleucopénie féline, la rhinotrachéite féline, le calicivirus félin, ont tous été démontrés avoir un minimum de 7 ans pour la rage, et un challenge des études sur tous les autres.

Dans « 
Duration of Immunity to Canine Vaccines: What We Know and What We Don’t Know, Proceedings – Canine Infectious Diseases: From Clinics to Molecular Pathogenesis, Ithaca, NY, 1999 » le Dr Ronald Schultz, un immunologiste vétérinaire à la pointe de la recherche sur les vaccins et président du Département des sciences pathobiologiques de l'Université du Wisconsin, décrit la durée d’immunité pour les vaccins suivants:


Durée minimale de l'immunité pour les vaccins Canine:
Distemper-  7 ans par
immunité acquise/ 15 ans par test sérologique
Parvovirus - 7 ans par
immunité acquise/ 7 ans par test sérologique

Adénovirus - 7 ans par immunité acquise/ 9 ans par test sérologique

La rage canine - 3 ans par immunité acquise/ 7 ans par test sérologique


Dr Schultz conclut: «Les vaccins contre maladies comme la maladie de Carré et le parvovirus canin, une fois administrés à des animaux adultes, fournit une immunité à vie"  dans "Are we vaccinating too much ? »  Journal of American Veterinary Association, n ° 4, 15 Août 1995. Page 421.

Pourtant les vétérinaires continuent de vacciner chaque année. Les propriétaires de chiens pensent que leurs vétérinaires rendent à leurs chiens un grand service en vaccinant tous les 3 ans au lieu de chaque année - pourquoi le permettons-nous quand ces études ont été faites il y a plus de trente ans et ont été reproduites maintes et maintes fois par d'autres chercheurs?


Ian Tizard déclare: "Avec les vaccins à virus vivants modifiés comme le parvovirus canin, la maladie de Carré et la panleucopénie féline, le calicivirus et la rhinotrachéite, le virus dans le vaccin doit se reproduire pour stimuler le système immunitaire. Chez un patient qui a été préalablement immunisé, les anticorps du vaccin précédent permettent de bloquer la réplication du nouveau virus vaccinal. Les titres d'anticorps ne sont pas significativement stimulés. Les populations de cellules mémoire ne sont pas développées. Le statut immunitaire du patient n’est pas amélioré.

Après la seconde vaccination contre la rage, la ré-administration du vaccin antirabique à intervalles d'un ou deux par an ne renforce pas le statut immunitaire du patient. Nous ne savons pas à quel intervalle la ré-administration du vaccin permettra d'améliorer l'immunité d'un pourcentage important de la population des animaux de compagnie, mais ça n’est certainement pas à intervalles d'un ou deux ans ». Tizard Ian, Yawei N, utilisation de tests sérologiques pour évaluer le statut immunitaire des animaux de compagnie, JAVMA, vol 213, n ° 1, 1 Juillet 1998.


"La recommandation de la revaccination annuelle est une pratique qui a été officiellement lancée en 1978." explique le Dr Schultz. "Cette recommandation a été faite sans aucune validation scientifique de la nécessité de renforcer l'immunité  si souvent. En fait, la présence de bons niveaux d'anticorps humoraux bloque la réponse anamnestique aux rappels de vaccin tout comme les anticorps maternels bloquent la réponse chez certains jeunes animaux. "

 


Il ajoute: «Le patient n’obtient aucun avantage et peut être exposé à un risque sérieux, quand un vaccin inutile est injecté. Peu ou pas d’études scientifiques ont démontré la nécessité pour les chats ou les chiens d’être revaccinés. La vaccination annuelle pour les maladies causées par CDV, CPV2, FPLP et FeLV n'a pas démontré fournir un niveau d'immunité différent de l'immunité chez un animal vacciné et immunisé à un âge précoce, et controlé quelques années plus tard. Nous avons constaté que la revaccination annuelle avec les vaccins qui offrent un immunité à long terme ne fournit aucun avantage prouvable ".

Pourquoi alors, les vétérinaires n’ont-ils pas adopté le concept de l'immunité à vie chez les chiens?

"Les revenus sont ce que les critiques des vaccins pensent être à l'origine de la résistance de la profession
à mettre à jour ses protocoles. Sans l'attrait des vaccins, les clients pourraient être moins enclins à faire des visites vétérinaires annuelles. Les vaccins rajoutent jusqu'à 14% aux revenus de la pratique moyenne, rapporte AAHA, et les vétérinaires ont tous gros à perdre. Je soupçonne que certains font fi de mon travail », dit Schultz, qui prétend que certains vaccins contre la maladie de Carré durent jusqu’à 15 ans. "Lier les vaccinations à la visite annuelle est devenu important dans les années 1980 et est une façon de pratiquer depuis les années 1990. Maintenant, les vétérinaires ne veulent pas y renoncer ".

Le rapport de l'American Animal Hospital Association Canine vaccin Taskforce dans JAAHA (39 Mars / Avril 2003) 3 inclut les informations suivantes pour les vétérinaires:

« Incompréhension, désinformation et la nature conservatrice de notre profession ont largement ralenti l'adoption de protocoles prônant la diminution de la fréquence de la vaccination »; «La mémoire immunologique fournit des durées d'immunité pour les maladies infectieuses de base qui dépassent de loin les recommandations traditionnelles pour la vaccination annuelle. »

« Ceci est soutenu par un nombre croissant d'informations vétérinaires ainsi qu’une vigilance épidémiologique en médecine humaine qui indique que l'immunité induite par la vaccination est extrêmement durable et, dans la plupart des cas, à vie. »

L’AAHA et l'AVMA doivent faire plus pour "retrousser leurs manches», dit le célèbre immunologiste, le Dr Richard Ford. Mais la réalité est que les vétérinaires ne doivent pas écouter l'AAHA ou l'AVMA et il semble que l’ordre médical national des vétérinaires ne soit pas intéressé de faire respecter les calendriers de vaccination, optant de laisser le choix à chaque vétérinaire.

Dr. Bob Rogers a embauché un cabinet d'avocats basé à Chicago et a intenté une action en recours collectif pour les propriétaires d'animaux qui n’ont pas donné leur consentement éclairé ni re
çu la divulgation complète avant l'administration de la vaccination. Son article intitulé "Le courage d'embrasser la vérité", déclare «En assistant à des conférences comme WSVMA et NAVMC, j’ai demandé à plus de 400 médecins vétérinaires de diverses parties du pays s'ils ont participé à des séminaires sur les nouveaux protocoles de vaccination. Je me suis entendu dire par tous, sauf un, "je ne me soucie pas de ce que disent les données, je ne vais pas changer." Un DVM ici m’a même dit "Je ne changerai pas tant que l'AVMA ne me fera pas changer."

Il semble que les propriétaires d'animaux soient acculés au mur quand il s’agit de vaccination. La conclusion évidente est que les propriétaires d'animaux qui sont préoccupés par la santé
à long terme de leurs animaux de compagnie, doivent prendre sur eux la recherche des vaccins, et la durée de l'immunité et des dangers des vaccins. Ou pour le moins, questionnez tous les vaccins qui vont dans votre animal - mais aucune des informations ci-dessus n'indique que vous obtiendrez une réponse honnête ou bien informée.

Soyez l'avocat de votre chien - protégez-le avec vos connaissances et en prenant une position contre la vaccination inutile. Sa vie peut en dépendre!